La playlist de Lucile, notre chef de choeur

L’Orchestre de Chambre de Paris

Pour commencer un échauffement corporel car pour bien chanter il ne faut pas seulement échauffer la voix ! 4 tutos sont proposés pour préparer sa voix et son corps.

percussions corporelles et bodyrythme

La troupe des Rythmopathes a été créée en 2006, à l’initiative de Fred Dongey et d’une joyeuse bande de passionnés… Danseurs, musiciens, percussionnistes et chanteurs la composent. Les membres de cette compagnie viennent tous d’horizons divers et ont des approches techniques variées. très énergisant !

La divine Diva : Cheryl porter

Déconfinement oblige, les mesures barrières doivent être rappelées !

Pour l’échauffement vocal, on repart sur « don’t touch my face don’t touch my eyes six feet away and i will wash my hands » proposé par Cheryl Porter.

Chanteuse classique, Cheryl est est installée en Italie pour poursuivre sa carrière dans l’opéra.

Des écoutes de la semaine très negro spirituals

Oh Freedom

Oh, Freedom est un chant de liberté d’un esclave noir américain datant de la guerre civile américaine. Il évoque les rêves de liberté des esclaves déracinés d’Afrique qui partent dans les champs de coton en Amérique du Nord.

Cette version est interprétée par les Golden Gospel Singers. Ce choeur est né en 1990 sur l’initiative de Bob Singleton, producteur et principal compositeur du groupe. ils offrent l’incroyable force et la variété du gospel dans le meilleur style de l’authentique musique noire américaine.

Durant les premières années, tous les membres du groupe étaient originaires de Harlem, New York, là où Bob Singleton a été élevé et où il est allé à l’école.

Woke Up This Morning (With My Mind Stayed On Freedom)

Wakup This Morning » est une « freedom Song » écrite au début des années 60, pendant les mouvement des droits civiques par le révérend Robert Wesby, d’Aurora, dans l’Illinois…alors qu’il « séjournait » en prison.

Quand je fredonne « Woke up this morning with my mind stayed on freedom » (je me suis réveillé ce matin l’esprit habité par la liberté), je n’ai pas besoin de musique pour en saisir le sens. Nous entonnons ces chants de libération pour les mêmes raisons que les esclaves naguère…

Martin Luther King

Source : « Martin Luther King. Une biographie intellectuelle et politique » de Sylvie Laurent

Joshua Fit The Battle Of Jericho

Ce chant date du 19° siècle. Les paroles font allusion à l’histoire biblique de la bataille de Jéricho, dans laquelle Josué a conduit les Israélites contre Canaan.

Comme ceux de beaucoup d’autres chants de type « negro spiritual », les mots peuvent également faire allusion à l’évasion éventuelle de l’esclavage – dans le cas de cette chanson, « Et les murs se sont effondrés. »

I want Jesus to walk with me

Ecrit par Solomon Burke, ce morceau est extrait de l’album Live Take Me, Shake Me (1983).

Chanteur américain de Soul, de Gospel et de Rhythm and Blues, Solomon Burke est né le 21 mars 1940 à Philadelphie, en Pennsylvanie (Etats-Unis). Il commence à chanter lorsqu’il a 9 ans avec son père à la chorale de l’église. La religion fera partie intégrante de la vie de Solomon Burke. Adulte, il devient prêcheur et anime une émission de Gospel à la radio.

 Il a écrit un des standards de la musique américaine. Eh oui, Everybody Needs Somebody to Love, c’est lui. Un tube éternel et planétaire que Burke le soulman s’est fait « piquer » par les Rolling Stones et les Blues Brothers.

Freedom is coming

« Freedom Is Coming » est un chant de lutte contre l’apartheid en Afrique du Sud au milieu du XXe siècle.

Pendant les décennies qui ont précédé la libération de Nelson Mandela, les chansons sur la liberté de l’Afrique du Sud ont contribué à diffuser la nouvelle de la lutte.

Etrangement, cette chanson va être popularisée et diffusée dans le monde grâce à Anders Nyberg, un musicien suédois de Stockholm, parti en Afrique du Sud avec sa chorale « Fjedur » en 1978 à l’invitation de l’église Luthérienne.

Pendant son séjour en Afrique du Sud, il a recueilli trois volumes de chansons sur la liberté qui ont ensuite été publiées en Suède. Siyahamba, chant traditionnel zoulou a suivi le même chemin !

Et pour finir …

Un extrait de concert de Rhiannon Giddens qui a une énergie contagieuse. A partir de 10min sur l’extrait c’est du gospel mais avant c’est très bien aussi !

Bluegrass, gospel, blues, folk-rock, Rhiannon Giddens  explore depuis 20 ans toutes les facettes et les origines métisses de la musique foklorique américaine comme pour mieux rapprocher les citoyens de cette société multiculturelle.

A la semaine prochaine !